Radio Grandpapier

N°12 : Petite histoire de la Bande Dessinée indépendante thaïlandaise (partie 1)

Quelques planches et illustrations pour accompagner la première partie d’une "petite histoire de la Bande Dessinée indépendante thaïlandaise". Je remercie mes assistantes de recherches Bird et Look-in, ainsi que Saroach Kuphachaka et Thaveeporn Dawud Dhiralaksh pour leur aide précieuse. Mes recherches sur le développement de la bande dessinée indépendante thaïlandaise sont soutenues financièrement par l’Université Chulalongkorn (Faculty of Communication Arts). Je les en remercie. Nicolas Verstappen

JPEG - 1014.2 ko
"Nu Lek Loong Krong" d’Adirek Ariyamontri.
Deux couvertures de la revue "Wiratham" (1959) présentant la série "Nu Lek Loong Krong" d’Adirek Ariyamontri ; une version surprenante de Mickey et Goofy (et Oncle Picsou et Minnie sur la couverture de gauche) puisque l’auteur leur donne une apparence entièrement humaine.
JPEG - 574.6 ko
"Asawin Sai Fa" de Por Bangplee.
En 1957, le dessinateur Por Bangplee s’empare du "Captain Marvel Jr." d’Ed Herron et Mac Raboy (à gauche) pour lui donner une version thaïlandaise, "Asawin Sai Fa" (à droite), avec adaptation des costumes et des éléments fantastiques et magiques pour le lectorat local (et un "Silver Surfer" thaïlandais en bas à droite).
JPEG - 1.9 Mo
"Wiratham" (1956-1974).
A gauche : couverture de "Chick Bill" par le dessinateur français Tibet pour "Le Journal de Tintin" #383 (édition française, Dargaud, 1956). A droite, couverture redessinée par l’énigmatique illustrateur thaïlandais Chaai pour la revue "Wiratham" # 282 (1962). De sa création en 1956 jusqu’à son dernier numéro en 1974, la revue catholique thaïlandaise de bande dessinée "Wiratham" proposa des traductions de nombreux récits du "Journal de Tintin", allant des "Chick Bill" de Tibet au "Pom et Teddy" de François Craenhals en passant par les "Michel Vaillant" de Jean Graton, les "Tounga" d’Édouard Aidans et "Les aventures de Tintin"... La revue "Wiratham" publia également les "Buck Danny" de Charlier et Hubinon parus dans le "Journal de Spirou", les "Flash Gordon" d’Alex Raymond ou des auteurs italiens tels que Nevio Zeccara.
JPEG - 395.3 ko
"Secrets of Thung Yai" (1973)
En 1973, alors que la contestation se fait plus vive à l’encontre du régime dictatorial et que le crash d’un hélicoptère militaire dans la réserve naturelle de Thuang Yai met en lumière des chasses illégales d’animaux par des hauts gradés et quelques célébrités, des étudiants publient un livre intitulé "Secrets of Thung Yai" pour dénoncer le braconnage. Composé de nombreux textes mais aussi de dessins satiriques, dont une illustration de Prayoon Chanyawongse (à droite), l’ouvrage connaîtra un succès impressionnant.
JPEG - 2.4 Mo
"Le Cavalier et le Mahout" : Jijé (Joseph Gillain) & Hem Vejakorn
Une rencontre imaginaire entre le dessinateur belge Jijé (Joseph Gillain, 1914-1980) et le dessinateur thaïlandais Hem Vejakorn (1904-1969). A gauche : Jijé. A droite : Hem Vejakorn.
JPEG - 6.9 Mo
Hem Vejakorn (1904-1969)
Hem Vejakorn (1904-1969), qui fut formé par un peintre italien néo-classique dans les années 20, travaille avec un style réaliste qui évoque parfois le travail du dessinateur belge Jijé sur les albums "Baden Powell", "Don Bosco" ou encore "Emmanuel". A gauche : adaptation du poème "Ngo Paa" (écrit par le roi Chulalongkorn en 1906). A droite : illustrations extraites de "La Vie de Bouddha" (reproduites dans "ย่างสู่ 100 ปี เหม เวชกร", ed. Ohm Rajawej, 2002).
JPEG - 2.5 Mo
Prayoon Chanyawongse (1915-1992)
Une superbe planche de l’adaptation du célèbre conte populaire "Honwichai Kawee" (1950-1951) par Prayoon Chanyawongse.
JPEG - 313.8 ko
Prayoon Chanyawongse face à la censure.
Prayoon Chanyawongse fut le dessinateur de presse le plus influent de la deuxième moitié du vingtième siècle en Thaïlande. En 1968, Prayoon subira les premières pressions du régime dictatorial du Field Marshall Thanom Kittikachorn, l’obligeant à se montrer plus prudent dans ses critiques et finalement à opter pour des récits consacrés à la célébration de la nature. Il dessinera son fameux personnage "Sooklek" avec les lèvres cousues pour dénoncer la censure dont il est victime, puis cachera la bouche du personnage derrière une épaisse moustache suite à de nouvelles pressions. Illustration : cartoon politique de Prayoon Chanyawongse, 1975. La période s’étalant entre le massacre de 1973 et celui de 1976 bénéficiera d’une très grande liberté d’expression dans le pays.
JPEG - 1.1 Mo
"Cartoon lem la baht" et Triam Chachumporn.
A gauche : couvertures de "cartoon lem la baht", petits albums imprimés en masse sur du papier de mauvaise qualité et vendus à 1 puis 5 baht le volume. Dans des récits généralement gores, mort-vivants, esprits et fantômes envahissent la bande dessinée thaïlandaise un an après le Massacre de l’Université Thammasat (1976).
A droite : planche de Triam Chachumporn. Le style réaliste d’Hem Vejakorn et les récits engagés de Prayoon Chanyawongse sembleront fusionner à la fin des années 70 sous la plume de Triam Chachumporn, un auteur qui marquera son temps par ses récits sociaux sans concession qui évoquent, par certains aspects, les Gekiga de Yoshihiro Tatsumi.